La connaissance de soi comme moyen de libération. »Vies simultanées » une appellation plus juste que « Vies antérieures ». Que penser de la réincarnation.

IMG_1661
Pirate dans une vie antérieure, une partie de soi enfin révélée

Qui ne s’est jamais interrogé sur son existence et les différentes formes qu’elle peuvent, pourrait ou aurait pu prendre, sachant que le temps est une invention  destinée à cadrer l’expérience humaine pour la rendre intelligible et supportable au mental ? Que sommes-nous vraiment ? « Où nous arrêtons-nous ?  » Notre culture cartésienne fait de notre corps  l’unique preuve qui nous sépare de l’extérieur, l’unique frontière qui nous oppose  aux autres, et au reste du monde; seul contre tous, .Le mental réduit l’être à sa seule manifestation extérieure visible par les yeux (sachant que tous les humains n’ont pas forcément une bonne vue 😉 et pas forcément non plus tout leurs membres…)

La densification de la matière qui est la condition première de notre incarnation est rendue possible et protégée par l’action de notre mental, donc rien de négatif au départ ( le négatif est une abstraction humaine). Dans tous les cas, qu’il s’agisse du culte de l’athéisme de la pensée scientifique, qui ne valide que le visible et réfute tout le reste ou  de quelque religion que ce soit dont l’objectif principal est d’éloigner tout être de son potentiel en lui inculquant une soumission  au principe divin qui n’a de divin que l’appellation, l’homme est toujours réduit, amenuisé, segmenté, limité, contrôlé, éloigné de toutes connaissances véritables de lui-même. Les civilisations remplissent les êtres de peur autant que d’irresponsabilité incapables d’avancer vers leur propre évolution.

Qu’est-ce que l’humain ? Rien de nos occupations d’occidentaux ne va dans le sens d’une  conquête de soi, d’une recherche humble des différentes parties de nous-même , tout est au contraire dans la maîtrise, le dogme, et le culte des apparences. Un occidental est  gouverné à 90% par son mental et ignore que 90% de ses pensées ne sont pas les siennes, car oui l’humain est bel et bien un être d’influences (antenne coupé de toute conscience). Comment pourrait-il s’en rendre compte, trop occupé qu’il est à prouver, argumenter, passer son temps à  falsifier et fuir, perdre son énergie ? cacher le vrai en lui, étouffer ses émotions, mimer l’omniscience et la confiance en lui, rejeter ce qu’il n’accepte pas et ce qu’il interprète comme  une menace, refuser les évidences, transformer sa responsabilité en culpabilité le poussant à se morfondre ou se débattre en criant toute son impuissance ? Un occidental se vide de son énergie, matriser son image,  parfaire la définition de lui-même, contrôler tout son entourage et tout ce qui le dérange sur la planète de sorte que toute échange juste avec la réalité extérieure et ses semblables lui soit parfaitement inconnue. Qu’est ce que la bienveillance ? Un mot de dictionnaire, l’occidental se maltraite tous les jours sans conscience.  Je grossis le trait mais on est malheureusement  pas si loin que ça de la réalité si on a la bonne foi d’oser se regarder en face et ce constat est valable pour chacun d’entre nous.

De par son programme éducatif, le but de toute humain n’est pas d’apprendre mais de montrer qu’il sait déjà. Le mensonge est notre unique et véritable obstacle à la connaissance de nous-mêmes. Nous nous mentons lorsque nous nous référons à des repères temporelles subjectifs (passé, futur) ou moraux culpabilisateur vides de sens (bien/mal, positif/négatif, gentil/Méchant). Nous nous auto-envoûtons avec nos références, nos idées récurrentes sur nous-mêmes et les autres tel des mantras qui solidifient notre prison. Nous mentons en dégainant nos croyances comme des boucliers pour nous défendre contre tout apprentissage car c’est vraiment de  cela dont il est question dans la turpitude des échanges sociaux, se défendre de l’autre, se protéger  de toute connaissance possible de soi, surtout ne rien sentir, et fermer les yeux en justifiant sa prison. L’aide est, dans tous les cas, uniquement efficace pour soi-même, gare à la perte d’énergie déployée vers l’extérieur.

« Je ne crois pas au magnétisme » est mis au même rang qu’un « je ne crois pas en la politique » qui n’a pas plus de sens qu’un « Je ne crois pas en ma jambe droite ou au soleil »  mais nous ne pouvons pas éradiquer d’un coup de baguette magique les croyances dans lesquels nos interlocuteurs vivent depuis des générations, chacun est responsable de son évolution de sorte que pour ne pas subir les projections des autres et une éventuelle perte d’énergie qui nous détournerait de notre réalité et de nos objectifs, nous avons tout intérêt à établir des limites, à savoir dire « gentiment  » non  (avis aux empathes qui ont du mal à vivre leur vie). Affirmez vous et cessez de tout donner aux autres si ces personnes ne sont pas aptes à se respecter elles-mêmes, tout n’est pas acceptable, l’apprentissage du respect de soi  devient une nécessité.

Avec de telles mensonges, de telles erreurs et j’irai jusqu’à même dire aussi malheureusement avec une telle mauvaise foi, les occidentaux sont mal barrés pour espérer répondre à la question de leur origine et même de leur réelle fonctionnement. Il leur faut évoluer, devenir plus humble, plus respectueux d’eux-mêmes, des autres et de la vie en eux.

L’expression « vie antérieure » implique que nous nous référions à un repère temporel donc que nous prenions comme unique référence notre mental, or le temps n’existe pas  du point de vue de la conscience,  l’idée qui vient à l’esprit de tout le monde est parfaitement erronée. Le très sage enseignement d’Edgar Tolle ainsi que la religion tibétaine  nous rappelle que rien n’existe d’autre que notre connexion au moment présent, donc à notre corps dans l’instantané. Notre unique vérité réside à la fois dans notre conscience corporelle et dans notre esprit détaché de toute construction subjective lié au corps, on reconnait bien là les caractéristique du monde si cher de l’enfance qui se sert de l’imagination pour connecter une infinité de réalités différentes. Un enfant qui joue, vit bel et bien la réalité qu’il crée dans toutes les cellules de son corps et en stocke les informations au même titre que celles relevant de la réalité appauvri des adultes. L’enfant ne fait aucune distinction entre les réalités, quoi que ce n’est pas vraiment juste car les enfants accordent davantage de crédits aux mondes immatérielles. Un adulte lui, s’ampute pour devenir un être social, il renonce à tous les chemins pour n’en garder qu’un seul, celui de la matière. Pour les plus sensibles, ce passage de l’enfance/adolescence au monde adulte soulève bien des tristesses et dépressions liées à la difficulté de faire ce deuil, se conformer à la disparition de toute magie. Je me souviens moi-même avoir rencontré des soucis à cette période et avoir manifesté beaucoup d’incompréhensions et de résistances contrairement à mes camarades qui semblaient évoluer tels des poissons dans l’eau dans la matérialité.

Qu’est ce que la réalité ? Sa définition dépend de nos choix et il n’existe pas un seul humain qui partage la même. Les cartésiens la réduisent à sa plus minimale expression, celle du cerveau gauche, seul ce qui est visible, chiffrable, quantifiable et démontrable existe. Nos pensées relèvent de la réalité immatérielle, qu’en dit la science ? Pour ma part j’ai fait le choix des chamanes qui se baladent d’une réalité à l’autre sans besoin de repères  mentaux et font de chacune d’elles des éléments tangibles de leur réalité. Notre réalité correspond à nos choix, je souhaite me connaître et connecter davantage de parties de moi-même. Ma réalité dépasse les frontières du matériel et du linéaire. Si nous décidons d’enrichir notre regard et de redevenir l’enfant que nous sommes toujours à l’intérieur, nous comprenons et faisons l’expérience que nous ne vivons plus des vies antérieures mais simultanées où tout existe déjà. Ce chemin vers la connaissance de soi, ce choix de l’expansion de notre potentiel n’est possible qu’avec un certain travail pour retrouver notre imagination, en musclant nos sens subtils et en se débarrassant des couches de jugements et de sabotage qui nous habitent.

Nous vivons des pluralités de réalités selon le fil de nos pensées et l’orientation que nous leur donnons. La pensée crée notre monde extérieur , et c’est la force de nos intentions et de notre volonté qui matérialise progressivement notre environnement concret matériel. Sans volonté et libre arbitre point de conscience et sans conscience point de réalités simultanées possibles, tout est imbriqué. C’est notre capacité à nous passionner, à entretenir des rêves, des projets, à être mu de cet élan créateur de la vie que nous portons tous qui nous permet de préparer progressivement l’éclosion de notre réalité, nous l’appelons littéralement tels des magiciens brandissant une baguette magique.

Nous vivons donc une infinité d’existences simultanées à l’état de veille si nous travaillons sur nous et apprenons à nous libérer,  le sommeil quant à lui, y est beaucoup plus propice grâce à  la disparition de notre censure mentale, nous voyageons à travers les mondes et accédons encore à d’autres identités, et activités qui peuvent parfois être réellement insoupçonnables. Si nous avons une infinité d’existences en même temps, se pose alors la question de la réincarnation. Les existences simultanées sont-elles compatibles avec cette notion ? Assurément oui, même si elles ont moins de raison de l’engendrer. Lorsque tout est vécu en même temps, il est moins utile de multiplier les incarnations mais gardons nous bien d’appliquer un quelconque raisonnement à ce sujet qui ne ferait que de nous éloigner davantage de la vérité pour un peu qu’elle soit humainement accessible ce qui semble très présomptueux.

C’est sur les existences simultanées que les médiums, voyants, énergéticiens ou autre thérapeutes  subtiles travaillent en vous aidant, ils entrent en relation avec les différentes parties de vous  cristallisées et parfois inconscientes. Connaitre ses existences simultanées est plus accessible que connaitre ses vies antérieures parce qu’elle n’implique pas d’avoir un don particulier (élitisme du mental de nos sociétés) mais de développer chaque jour davantage de conscience en soi, d’éclairer notre monde intérieur et ça tout le monde peut le faire avec bonne foi et volonté, tout le monde nourrit plusieurs passions/ fascinations ou encore frayeurs irraisonnées qui sont autant d’informations constitutives d’existences simultanées, de même que tout le monde possède du magnétisme par le simple fait d’être en vie, lorsque nous souffrons à un endroit, nous avons l’instinct d’y porter notre main, de quoi croyez-vous qu’il s’agisse ?

Tachons de cultiver le discernement, de ne pas tout mélanger, croyances et expériences,   et d’apprendre l’honnêteté et le respect de soi. Car à travers toutes les thématiques abordées sur ce site, c’est  toujours uniquement de cela dont il s’agit, de respecter la vie que nous sommes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s